Signal contre Bruit

Autrement titré “pourquoi vous suivez probablement trop de personnes sur les réseaux sociaux”.

Le rapport signal sur bruit ou en anglais, “signal vs noise” a des origines qui se retrouvent dans les domaines technologiques mais on le voit dans toutes les situations où on travaille sur le traitement de données, notamment dans l’enregistrement audio et dans les data sciences.

Signal vs noise, les applications

L’idée du signal vs bruit s’applique pour chaque fois qu’on reçoit un excès d’informations, que ce soient des mots, des notifications Twitter ou les résultats financiers sur une feuille excel. Prenons l’exemple d’une conversation pour illustrer l’idée; je m’inspire ici d’une réponse sur Quora par le chercheur Jeff Shih (ses propos ont été édités pour plus de clarté): 

Supposons qu’une instruction contient plusieurs mots. Supposons aussi que quelqu’un n’a pas besoin de prêter attention à tous les mots pour savoir quoi faire. Une personne, qui est avare de temps et d’énergie, rationnera son attention pour n’enregistrer que les mots qui ont le potentiel de changer son comportement actuel.En d’autres termes, les utilisateurs de l’information ne se concentrent généralement que sur les “signaux”, se forgeant une opinion sur l’état actuel des choses en tenant compte des signes qui sont importants pour nous (3). Tout le reste, c’est du “bruit”.”  

Jeff Shih, sur Quora

Prenons l’exemple d’une consigne écrite sur un paquet de cigarette, où on lirait ceci:

“Cigarettes parfumées au menthol, produites avec les meilleurs plans de tabac, provenant d’un commerce équitable et prometteur. Attention, l’usage de la cigarette est très dangereux pour la santé. Emballage biodégradable, bien vouloir jeter dans la benne à papier”

Il y a plusieurs informations sur ce paquet de cigarette, mais elles ne sont pas toutes importantes pour tout le monde. Si la consigne était lue par un non fumeur soucieux de l’environnement, il ne prendrait en compte que la dernière phrase: “Emballage biodégradable…”. Tout le reste ne serait que du bruit inutile pour lui. Si elle était lue par un parent fumeur soucieux de la santé de son fils, la phrase serait considérée différemment. Si la consigne était lue par une poète sensible aux figures de style, elle remarquerait les répétitions de “p”, de “m” et de “t” alignées dans la première phrase et ne ferait même pas attention au reste. 

Ainsi, ce qui est un signal pour nous peut être du bruit pour quelqu’un d’autre, en fonction de ce que les uns et les autres considèrent comme une priorité.

Nate Silver, le précurseur de l’idée Signal vs Noise

Maintenant, à quoi sert cette idée de “signal vs noise”? 

Ca dépend. Je vais donner une application en vous laissant libres de l’appliquer et l’adapter comme vous le souhaitez. Premièrement il faut comprendre que l’idée signal vs noise se conçoit comme un ratio statistique qui détermine la pertinence d’une information, d’un contenu: plus la quantité de signaux est supérieure à la quantité de bruit, plus le contenu est pertinent (cette phrase me semble inutilement pompeuse je me trompe?). Pour reprendre notre exemple de tout à l’heure, le paquet de cigarette en question serait parfait pour une poète qui aime le goût mentholé, sensible au commerce équitable et soucieuse de l’environnement: quelqu’un sait si Christine Angot fume?

Autrement dit, le rapport signal vs bruit peut vous permettre de déterminer si un contenu que vous consommez est vraiment pertinent, et plus encore, il peut vous aider à concevoir votre flux de contenus pour vous débarrasser du bruit environnant et vous concentrer sur les signaux pertinents pour vous. Un signal, c’est ce qui est important, ce qui doit provoquer chez vous un changement dans votre comportement. Le bruit c’est tout ce qui est autour, qui n’est pas important. 

Prenons le cas d’un fil d’actualité sur un réseau social par exemple. Etes vous vraiment certains que vous êtes capables de suivre 845 personnes et de réagir aux “signaux” fournis par tous ces individus? Un indice: non. Vous avez très probablement une centaine, max 200 comptes vraiment pertinents pour vous, le reste étant constitué de personnes dont vous ne suivez pas forcément le contenu, mais comme vous n’avez pas le choix bon.

Les limites de l’idée

Premièrement, elle est hautement subjective: ce qui est un signal pour x n’en sera pas un pour y déjà parce que tous n’auront pas la même définition de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas. Ensuite, quand bien même on s’entendrait sur une définition consensuelle (et donc, forcément réductrice) du mot “important”, il faudrait ensuite qu’on trouve un panel d’individus pour lesquels on  peut appliquer cette idée avec les mêmes résultats. En effet, supposons que nous nous entendions sur une définition du mot “important” qui serait “ce qui provoque un changement dans mon comportement”. On s’est entendu sur la définition, mais elle empire les choses plutôt que de les simplifier, car ce qui provoque un changement dans mon comportement peut n’en provoquer absolument aucun pour quelqu’un d’autre. 

Si je vous dit que Dena Mwana a déclaré sur Facebook qu’elle arrête la musique pour devenir apôtre, pour certains ce sera un non évènement, encore qu’il faudra connaître Dena Mwana. Pour d’autres, ce sera une catastrophe cataclysmo-apocalyptique. Pour certains ce sera un “signal”, pour d’autres, un “noise”.

Plus:

  • Cet article de Clearthinking explique comment utiliser signal vs noise pour filtrer ses contenus sur les réseaux sociaux. L’article est long, mais édifiant.
  • Le blog Farnam street a popularisé l’idée signal vs noise il y a aujourd’hui un peu plus de 5 ans. Mais les articles sur le sujet sont anachroniques et d’une pertinence aggressive. Ici, et ici, vous ne serez pas déçus.
  • Le vrai précurseur de l’idée s’appelle Nate Silver, un statisticien qui a écrit un bouquin sur le sujet. Dans la vidéo de 15 mins que j’ai mise dans l’article, il explique en détails comment l’idée “signal vs noise” se développe et s’exploite en politique. Une version longue de 57 mins est disponible ici. Je la recommande vivement.

Author: Ad Wondje

Auteur, biographe, chrétien aux avis controversés. Parle de technologies, de médias numériques et d'apologétique.

Un commentaire?